La fée des livres

Les Chroniques du Monde Emergé, tome 1 : Nihal de la Terre du Vent

Poster un commentaire

Identité :

Les Chroniques du Monde Émergé, tome 1 : Nihal de la Terre du Vent, Licia Troisi, éditions Pocket Jeunesse (2008), 442 pages

Quatrième de couverture :

Nihal est une jeune fille très étrange : oreilles pointues, cheveux bleus, yeux violets tout la distingue des autres habitants du Monde émergé. Fille d’un célèbre armurier, elle passe son temps à jouer à la guerre avec une bande de garçons. Mais la nuit, des voix plaintives et des images de mort hantent l’esprit de Nihal. Et lorsque le terrible Tyran envahit La Terre du Vent, elle comprend que ses cauchemars sont devenus réalité. L’heure du véritable combat a sonné. Nihal doit devenir une vraie guerrière et défendre la paix, à tout prix. Ses seuls alliés : Sennar, le jeune magicien, et une infaillible épée de cristal noir.

Mon avis :

Super découverte grâce à une amie. Dans ce premier tome on fait la connaisse de Nihal, une enfants qui souhaite devenir une guerrière au service des terres libres contre l’armée du Tyran. C’est la dernière demi-elfe de tout le monde émergé, entraînant avec elle tout les souvenir de son peuple disparut, hantée par des cauchemars où ces fantômes lui demandent de les venger. Muée par un désir vengeresse  elle décide de retrouver sa tante Soana pour étudier la magie et devenir ainsi plus puissante. Elle rencontre alors Sennar qui devient par la suite son meilleur ami.

Tout au long du roman, elle lutte pour prouver sa valeur. Elle lutte pour intégrer l’Académie pour devenir chevalier du dragon tout comme Fen, l’homme dont elle est tombée amoureuse mais son physique et le fait d’être une fille lui rendent la vie dure.

J’ai beaucoup aimé ce roman, bien écrit, l’auteure parvient à nous faire transporter dans ce nouveau monde peuplé de dragons, elfes, elfe-follets, gnomes, nymphes et créatures crées par le tyrans : des fammins. Le début m’a fait penser au premier tome d’Ellana de Pierre Bottero, par l’insouciance de Nihal, l’air d’un garçon manqué, son passé qui la tourmente, le désir de quitter le foyer paternel pour poursuivre son chemin sur la trace de son passé sans vraiment le savoir.

On retrouve une morale, celle qui dit que finalement ce sont les hommes les plus cruels, les plus critiques, qu’il faut ce battre pour arriver à ses fins

Logo Livraddict

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s