La fée des livres

Le faire ou mourir

7 Commentaires

identité:Claire-Lise Marguier, Le faire ou mourir, 2011, éditions rouergue, jeunesse

Quatrième de couverture :

Vus de l’extérieur, ils faisaient plutôt peur, ceux de la bande à Samy, avec leurs coupes de cheveux étranges, leurs vêtements noirs, leurs piercings… Mais le jour où les skateurs s’en sont pris au nouveau du collège, Dam, avec son physique de frite molle, c’est Sammy qui s’est interposés, et que l’histoire a commencé. Sammy a essuyé le sang qui coulait de la tempe de Dam, avec sa manche noire. C’était la première fois que quelqu’un le touchait avec autant de douceur…

Mon avis :

Wouahou ! Alors ce livre, ça fait l’effet d’une gifle !

On est aux côtés de Damien Decarolis, ado renfermé, discret, mal dans sa peau, avec un bazar pas croyable dans sa tête.

Et puis c’est la rencontre avec d’autres individus, sombres, habillés de noir, maquillés à l’eye-liner mais qui contrairement à ce qu’on pourrait penser sont très ouverts, gentils, doux, accueillent Dam avec facilité dans leur groupe. Il y a Fann, Mag, Mika, Lo et Sammy.

Dès le départ on sent que quelque chose va se passer entre Dam et Sammy, bien plus que de l’amitié, Sammy va devenir la raison de vivre de Dam.

Dam est très intelligent et sensible. Il ne sait jamais ce qu’il veut, ce qu’il ressent et ne parvient pas à dire tout ce qu’il y a à l’intérieur de lui.Sammy lui est un peu le contraire, il est gentil et doux, possède de l’assurance, agit selon ces envies. C’est aussi cela qui attire Dam et d’un côté lui sert de modèle.

On assiste alors à une transformation, on voit cet ado meurtri se découvrir grâce à son ami qui le comprend et lui fait comprendre qui il est.

Le faire ou mourir est aussi moralisateur : Lorsque Damien  se met à s’habillé et se faire le même look que ses nouveaux amis, son père prétend que c’est son moyen à lui de passer la crise d’ado sans voir qu’il le fait souffrir. Son père donc n’est pas vraiment un personnage ouvert d’esprit. Il est surtout autoritaire, déçu par le comportement trouillard et pleurnichard de son fils. Lui et sa femme, qui au fond savent que Dam est homosexuel, privilégient leur fille Céline ce qui entraîne inconsciemment des blessures dans le cœur de Damien qui les reproduits physiquement par des scarifications sur les cuisses.

Vous comprenez bien qu’on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour ce personnage, on s’attache à lui, on voudrait qu’il aille mieux….

Et puis vient la fin… tout simplement bluffante ! Alors que Sammy et Damien se sont vraiment rapprochés et qu’ils sont sur le point de faire l’amour pour la première fois tout dérape. Dam devient fou. Et là tout se passe comme dans les scènes de films en accélérés, où la voix off parle de plus en plus vite, on est hors d’haleine et puis tout s’arrête d’un coup. On reprend notre souffle, on pense à cette horreur, comment un élément à pu tout faire basculer, apportant la démence puis la mort. L’auteure a réussi à nous transmettre cette folie. Sur le moment j’ai pensé au film Cronicle. Et puis… par miracle on se rend compte qu’on s’est arrêté au moment où la ligne suivante c’est :

***

Et le soulagement… On se dit finalement tout ne va pas si mal, ce qui suit c’est un peu comme une fin alternative qui se fini bien, qui régularise le rythme cardiaque après une fulgurante montée d’adrénaline. ouf…
 C’est à ce moment là seulement qu’on comprend le titre : Le faire ou mourir.

Pour ma part ce livre est un coup de cœur, très bien ficelé. Le style de l’auteur y est surement pour quelque chose : Il n’y a pas de chapitre, tout est écrit en blocs avec seulement quelques alinéa, aucun moyen de lâcher le livre à moins de l’avoir terminé ! La mise en forme des dialogues est spéciale également : aucuns guillemets, justes des phrases à la suite des autres avec des « il a dit », « elle a dit » coincés dans les blocs.

2/8

2/5

7/10

Logo Livraddict

Publicités

7 réflexions sur “Le faire ou mourir

  1. C’est un des livres qui est en pôle position dans ma wish-list, par contre le prix me déstabilise un peu (vu qu’il est assez court, je trouve que c’est un ti peu abusé !)
    Bises ^^

    • Oui je suis d’accord ! C’est pour ça que je l’ai emprunté à la bibliothèque.
      Même si je serais tenter de dire qu’il vaut quand même le coup, c’est vrai qu’il est cher pour le nombre de pages…

  2. Au vu de ta chronique, je pense que je vais me laisser tenter par ce titre!

    • Coucou Avenael !
      Oh ça me fait plaisir de t’avoir donner envie ! ^^ N’hésites pas il est vraiment bien, il est atypique aussi. Bonne lecture et merci pour ton passage ! 🙂

  3. Comme Regardpastel, ta chronique me donne envie de découvrir ce livre… je vais le mettre dans ma wish list…

  4. Ton avis me donne envie de lire ce livre. J’imagine à quel point c’est difficile de lâcher la lecture avant la fin… Merci pour ton partage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s