La fée des livres


1 commentaire

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Identité :

Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire et se fit la malle Jonas Jonasson , éditions pocket (2011), 504 pages

Quatrième de couverture :

Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l’attendent pour célébrer l’événement, Allan Karlsson s’échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l’espoir qu’elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats… Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au coeur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.

Mon avis :

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est un livre vraiment… épatant ! surprenant ! ébouriffant ! marrant ! (pas la peine de continuer je crois que vous avez compris que ce livre est un coup de cœur ^^)

Alors d’abord je vais tenter de vous en dire plus sans vous en dévoiler plus sur l’histoire car ce qu’en dis le résumé de la quatrième de couverture n’est pas pas un dixième de ce à quoi on peut s’attendre.

L’auteur parvient brillamment selon moi, à se réapproprier le passé pour construire son personnage principal, Allan : centenaire, globe-trotteur, sympathique, bien élevé, chanceux, original, opportuniste… en effet dans le livre, les chapitres sont alternés avec le présent d’Allan en mai 2005 et  avec son passé inscrit dans des événements clés de l’Histoire. Ce que j’ai trouvé de plus remarquable avec se personnage c’est qu’il n’a pas ou peu d’opinion politique, tout lui passe au-dessus de la tête pourvu qu’il y est une table bien servie et des verres bien remplis d’alcool fort.

Au niveau de l’écriture, dès les premiers chapitres l’auteur commence fort avec l‘humour, c’est fluide, frais, bien écrit, les mots sont super bien choisis. Très vite on a de la sympathie pour le vieux, on sourit à ses bêtises, ses affronts. Au moins avec ce système de chapitres alternés on sait que quand il y a des moments critiques pour Allan on est réconforté en se disant qu’il va survivre mais on se demande toujours : « mais comment va t-il s’en sortir ??? » et du coup vite vite  vite on veut finir le chapitre et là on se dit que décidément il est rusé et ce n’est pas ce à quoi on aurait pu s’attendre je pense.

Après le mec de la tombe d’à côté et ce roman là je crois devenir une nouvelle adepte de la littérature suédoise ! 🙂

Si vous ne l’avez toujours pas lu, je vous le recommande pour passer un bon moment drôle, inattendu et inventif ^^

9/10

 Logo Livraddict


Poster un commentaire

Chroniques du monde émergé tome 3 : le talisman du pouvoir

identité :

Chroniques du monde émergé, tome 3 : le talisman du pouvoirs, Licia Troisi, éditions Pocket (Jeunesse) 2010, 564 pages

Quatrième de couverture :

Grâce à son armée de fantômes, le Tyran est près de remporter la guerre contre les Terres libres. Seule Nihal peut encore l’arrêter.
Si elle parvient à réunir les huit pierres d’un mystérieux talisman, dispersées dans les huit Terres du Monde Émergé, Nihal pourra une journée durant invoquer les Esprits de la nature et contrer la magie du Tyran.
Escortée par Sennar, la demi-elfe se lance dans cette mission au terme de laquelle elle découvrira enfin le sens caché de son destin.

Mon avis :

Voici donc le dernier tome de cette première trilogie du monde émergé. Désormais le Tyran a crée une armée de fantômes… dur pour les armées des Terre libres de combattre contre les spectres de leurs amis, compagnons d’armes, peut-être même famille… Nihal elle doit faire face au fantôme de Fen…

Alors que le désespoir commence à s’abattre dans les rangs, Nihal découvre qu’elle est la seule à pouvoir sauvé le monde émergé et entreprend un long voyage avec Sennar et Laïo à ses côtés pour chercher le talisman du pouvoir.

Dans cette quête, des vérités font surface, le moral des personnages est mis à dur épreuves.

Entre les horreurs, les doutes, la fatigue… Nihal et Sennar se rapprochent néanmoins, ça fait plaisir surtout qu’au cours de ces trois tomes on a pu voir comment Sennar a dû ramer… ^^

Malgré tout on ne suit pas seulement ces trois personnages, on a le point de vue d’Ido également. D’ailleurs on en apprend plus sur lui, son passé, sur Soana et sur le passé de Nihal. Heureusement parce que je trouve que les pierres sont trouvées un peu trop facilement, les sanctuaires eux-même sont facilement trouvés. Ils ne rencontrent presque pas d’ennemis, Sennar se transforme en ce qu’il aurait à tout prix voulu éviter, !Attention spoiler ! Lorsque Laïo va mourir, Sennar et Nihal se renferment encore plus, l’atmosphère s’alourdit ! spoiler !

On voir d’autres lieux impressionnants, on s’extasie devant les sanctuaires, on imagine tous le réseaux de tunnels souterrains…

Et la fin… quel fin ! On ne s’attend pas à ça (sauf si on regarde la listes des lieux et personnages à la fin du roman ^^) Et finalement l’affrontement entre le Tyran et Nihal n’est pas du tout comme on aurait pu l’imaginer, c’est assez déroutant. On comprend alors que le Tyran n’a pu gouverner que par la ruse, j’ai eu de la pitié pour lui et dans ces argumentations on peut penser qu’effectivement il n’a pas tord, la fin laisse donc une morale, fait pressentir un suite forcément, Nihal est plus en paix avec elle-même et peut enfin vivre normalement même si tout ces souvenirs et ses remords ne peuvent pas d’effacés.

4/10

Logo Livraddict


Poster un commentaire

Chroniques du Monde Émergé, tome 2 : La Mission de Sennar

Identité :

Chroniques du Monde Émergé, tome 2 : La Mission de Sennar, Licia Troisi, éditions Pocket Jeunesse (2009), 468 pages

Quatrième de couverture :

Convaincu que le Monde Émergé ne peut plus résister seul aux armées du tyran, Sennar le magicien supplie le Conseil des Mages de le laisser partir à la recherche du Monde Submergé. Là, il pourra obtenir l’aide de ses habitants. Or, ce continent a rompu tout contact avec le Monde Émergé depuis plus d’un siècle. Et Sennar ne dispose pour s’y rendre que d’une ancienne carte à demi effacée par le temps… De son côté Nihal, la jeune guerrière aux cheveux bleus, poursuit son apprentissage de chevalier du dragon. Mais le souvenir de Sennar, qu’elle a blessé au visage lors de leur dernière entrevue, la hante douloureusement…

Mon avis :

Me revoilà replongée au cœur du monde émergé avec Nihal qui poursuit sa formation de guerrière, rencontre Ido, un gnome chevalier du dragon qui va lui enseigner les devoirs des chevaliers, la réconforter, se comporter comme un père pour elle, la soutenir…

Sennar lui va entreprendre un voyage périlleux pour le monde submergé, cette terre que les hommes ont habitée pour fuir la guerre et vivre enfin en paix. Il voyage alors en pleine mer à bord du navire de Aïrès et son père jusqu’au territoire sous-marin. Il se présente comme Conseiller de la Terre du Vent et tente une négociation pour leur demander du renfort contre le tyran.

Ce monde est tout aussi magique avec des sirènes en dehors du globe qui protège le Pays, des habitants à la peau diaphane, des bâtiments sublimes…

Dans ce tome, Nihal et Sennar sont encore plus proches alors qu’ils sont plus éloignés que jamais. La distance va leur prouver que finalement ils s’aiment. Bon ça on s’en doute depuis le premier tome déjà mais là ils s’interrogent, surtout Sennar qui rencontre Ondine à Zalénia, éprise de lui mais qui la repousse parce qu’il se rend compte que c’est Nihal pour lui.

Les batailles sont plus présentes, Nihal subit de nouvelles épreuves, elle se cherche toujours, elle doute parfois comme elle peut être entêtée. Des révélations la rendent plus fragile… Sennar lui reste convaincu de ses idéaux, de son chemin et devient beaucoup plus adulte.

Logo Livraddict


Poster un commentaire

Les Chroniques du Monde Emergé, tome 1 : Nihal de la Terre du Vent

Identité :

Les Chroniques du Monde Émergé, tome 1 : Nihal de la Terre du Vent, Licia Troisi, éditions Pocket Jeunesse (2008), 442 pages

Quatrième de couverture :

Nihal est une jeune fille très étrange : oreilles pointues, cheveux bleus, yeux violets tout la distingue des autres habitants du Monde émergé. Fille d’un célèbre armurier, elle passe son temps à jouer à la guerre avec une bande de garçons. Mais la nuit, des voix plaintives et des images de mort hantent l’esprit de Nihal. Et lorsque le terrible Tyran envahit La Terre du Vent, elle comprend que ses cauchemars sont devenus réalité. L’heure du véritable combat a sonné. Nihal doit devenir une vraie guerrière et défendre la paix, à tout prix. Ses seuls alliés : Sennar, le jeune magicien, et une infaillible épée de cristal noir.

Mon avis :

Super découverte grâce à une amie. Dans ce premier tome on fait la connaisse de Nihal, une enfants qui souhaite devenir une guerrière au service des terres libres contre l’armée du Tyran. C’est la dernière demi-elfe de tout le monde émergé, entraînant avec elle tout les souvenir de son peuple disparut, hantée par des cauchemars où ces fantômes lui demandent de les venger. Muée par un désir vengeresse  elle décide de retrouver sa tante Soana pour étudier la magie et devenir ainsi plus puissante. Elle rencontre alors Sennar qui devient par la suite son meilleur ami.

Tout au long du roman, elle lutte pour prouver sa valeur. Elle lutte pour intégrer l’Académie pour devenir chevalier du dragon tout comme Fen, l’homme dont elle est tombée amoureuse mais son physique et le fait d’être une fille lui rendent la vie dure.

J’ai beaucoup aimé ce roman, bien écrit, l’auteure parvient à nous faire transporter dans ce nouveau monde peuplé de dragons, elfes, elfe-follets, gnomes, nymphes et créatures crées par le tyrans : des fammins. Le début m’a fait penser au premier tome d’Ellana de Pierre Bottero, par l’insouciance de Nihal, l’air d’un garçon manqué, son passé qui la tourmente, le désir de quitter le foyer paternel pour poursuivre son chemin sur la trace de son passé sans vraiment le savoir.

On retrouve une morale, celle qui dit que finalement ce sont les hommes les plus cruels, les plus critiques, qu’il faut ce battre pour arriver à ses fins

Logo Livraddict